« Projet Jacquard » : lorsque le tissu se connecte

Si je vous disais qu’il est désormais possible d’accepter/refuser ses appels, de gérer sa musique, de consulter l’heure sous forme vocale son trajet et cela seulement en touchant ses vêtements, me croiriez-vous ?

Bon même si vous ne me croyez pas, ce n’est pas très grave, écoutez-moi au moins.

Le « Projet Jacquard » c’est une collaboration complètement inattendue entre Levi’s et Google au cours de laquelle une équipe a travaillé afin de développer un nouveau produit révolutionnaire. Chez Google c’est le département ATAP (Advanced Technology And Projects) qui est chargé du projet. On lui doit notamment les programmes Tango (modélisation 3D en temps réel) Ara (smartphone modulable).

Ainsi, en additionnant les deux noms on arrive à s’imaginer une sorte de vêtement technologique, ce qui serait logique connaissant les spécialités de chacune des entreprises.

En fait c’est exactement de ça dont il s’agit ! L’idée est de pouvoir produire des vêtements connectés dont certaines zones peuvent réagir au toucher et servir d’interface tactile (un peu comme le pavé tactile d’un ordinateur portable) pour contrôler des fonctions d’un smartphone via une liaison sans fil.

Le projet Jacquard permet donc de tisser l’interactivité tactile dans n’importe quel textile et ce, en utilisant des métiers à tisser industriels.

En effet, il vient confirmer que les objets quotidiens tels que les vêtements et les meubles peuvent désormais être transformés en surfaces interactives.

Comment est-ce possible ?

Ceci est possible grâce à une innovation majeur dans le domaine des fils conducteurs. Ainsi, la structure des fils Jacquard combine des alliages minces et métalliques couplés avec des fils naturels et synthétiques comme le coton, le polyester ou la soie, ce qui rend le fil suffisamment solide pour être tissé convenablement.

La technicité associée à cette prouesse permet de rendre les fils Jacquard indiscernables des fils traditionnels, utilisés pour produire des tissus aujourd’hui.

Il est donc possible d’incorporer des zones dites « sensibles au toucher » (ou digitales) n’importe où sur la pièce de textile.

L’ensemble des composants complémentaires sont conçus afin d’être aussi discrets que possible si bien que les petits circuits et connecteurs reliés aux fils conducteurs peuvent être contenus dans des zones de la taille d’un bouton de veste.

C’est ce que l’on appelle « l’électronique miniaturisée »

C’est elle qui va permettre de capturer les interactions tactiles (gestes, mouvements), de les décoder (grâce aux algorithmes) et de les transmettre les données via Bluetooth à un smartphone, tablette pour pouvoir contrôler certaines fonctions (applications, services en lignes, paramètres).

Des DEL, dispositifs haptiques et autres sorties intégrées vont, elles, communiquer des informations à l’utilisateur concernant ses actions.

Combien coûte une telle technologie ?

C’est une des questions que je me suis rapidement posé. En faisant des recherches j’ai pu lire que les composants nécessaires au projet Jacquard sont rentables à produire et ce, en partie grâce au fait que les fils interactifs peuvent être tissés au sein d’une pièce textile au moyen d’équipements tout à fait standard, que l’on peut trouver dans n’importe quelle usine du monde entier

Il y a donc à première vue, aucun obstacle susceptible de nuire au développement de ce nouveau type de tissu.

Quel est le produit en question ?

Le produit né de cette collaboration est la veste Levi’s® Commuter ™ (Commuter signifie Navetteur, Journalier). Elle sera disponible en automne 2017 à un prix de 330€ environ.

Celle-ci est semblable à n’importe quelle autre veste en jean denim de la marque Levi’s excepté que dans la manche gauche, juste au-dessus du poignet, une zone est faite d’une quinzaine de fils conducteurs sensibles au toucher. La zone est reliée à un petit boitier Bluetooth fixé sur le tissu permettant la communication avec un smartphone.

Notez que la présence de cette technologie « embarquée » n’altère en rien l’entretien de la veste. Il est donc possible de la laver en machine comme n’importe quelle autre veste en jean.

Mon avis sur le sujet :

Comme précisé sur le site du projet (https://atap.google.com/jacquard/), cette technologie est avant tout destinée aux cyclistes en milieu urbain et aux piétons avec écouteurs/casque fixé(es) sur les oreilles. Grand amateur de vélo et de musique, il semble que je sois une cible idéale à l’achat de la Commuter ! Je dois avouer que cette innovation me plaît bien. Sur mon vélo il m’arrive très régulièrement de devoir saisir mon smartphone pendant que je pédale afin de consulter mon GPS et d’autres applications. Ce sont des moments où je m’expose forcément à des risques d’accident plus élevés car je n’ai pas mes deux mains sur le guidon et que je jette plusieurs coups d’œil sur l’écran. Une technologie comme celle-ci me permettrait de rester focus sur mon environnement tout en obtenant facilement les informations recherchées.

Au-delà de mon intérêt personnel c’est, et j’en suis convaincu, la porte ouverte à une multitude d’innovations dans ce domaine pour les 15 prochaines années.

« Jacquard est une toile vierge pour l’industrie de la mode. Les designers peuvent s’en servir comme ils le feraient avec n’importe quel tissu, en ajoutant des fonctionnalités à leur design sans avoir à s’y connaître en électronique » (Google, conférence annuelle Google I/0, Juin 2016).

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s