Tesla amuse la toile avec une licorne

Aujourd’hui, on va parler Tesla et plus précisément de leur dernier Easter Egg.

Qu’est-ce qu’un Easter Egg ?

Un Easter Egg (EE) est, dans le domaine informatique et des jeux vidéos, une fonction cachée et insérée volontairement par les développeurs au sein d’un  programme (animation, jeu, message, etc.). Ce dernier est accessible grâce à un mot-clé ou à une combinaison de touches ou de clics.

C’est ainsi que Tesla a incorporé un EE à l’ensemble de ses véhicules via la dernière MAJ V8.1. Apparemment le constructeur s’était déjà amusé à le faire par le passé. Cette fois-ci c’est un bloc-note/chevalet (Sketch pad) tactile qui est proposé aux utilisateurs des véhicules.

Qui est accessible en tapotant trois fois le « T » sur l’écran central du véhicule. L’écran tactile – normalement destiné à faire apparaître les informations de conduite, la navigation et les différents réglages (AC, Radio) – devient blanc. Un marqueur, un stylo ou une gomme apparaissent ainsi qu’une roue de couleur. Autant d’éléments suffisants à l ‘élaboration d’un dessin. Les utilisateurs peuvent également contrôler la taille des tracés.

Une fois le dessin terminé, les utilisateurs se voient poser la question suivante : « Êtes-vous certain d’accepter que Tesla critique votre chef-d’œuvre artistique ? » Les utilisateurs ont alors le choix entre : « Oui, je suis un artiste ! » Ou « Non, le monde n’est pas prêt pour mon art ».

L’écran numérique mit à profit de cet Easter Egg est fait 17 pouces. Le mode n’est disponible qu’à l’arrêt (bien entendu).

C’est avec enthousiasme que les propriétaires de modèles Tesla ont reçu l’information, relayée par Elon Musk en personne depuis son compte Twitter.

Capture d_écran 2017-04-04 à 02.20.20

Et que vient donc faire la licorne dans cette histoire ?

La licorne qui a fait parlé de cet Easter Egg n’est autre que le « chef d’oeuvre » d’un certain Nik Jovanovic, propriétaire canadien d’une Tesla qui s’est essayé au chevalet numérique de la marque et qui aurait impressionné Elon Musk. Ce-dernier n’a d’ailleurs pas hésité à dévoiler sur Twitter les talents de ses clients.

Capture d_écran 2017-04-04 à 13.34.08

Je trouve l’initiative très créative et amusante. Me connaissant, je pense que j’y aurait consacré pas mal de temps si tenté que je possède une Tesla bien évidemment !

Avec cet Easter Egg inattendu, Elon Musk prouve une fois de plus qu’il sait parfaitement faire plaisir à sa clientèle et lui réserver des surprises.

 

Lorsque la manifestation devient phygitale.

S’il vous arrive de sortir le soir dans Paris et de rentrer plus tard que la fermeture du métro (2h) vous avez sûrement eut le dilemme Taxi vs. Uber ? Bon généralement c’était le Uber qui remportait sauf en cas de majoration excessive (les fameux 1,4x ; 2,5x ; 4,75x etc.) ! Sauf que, jusqu’à il y a peu de temps, il existait une troisième option vraiment avantageuse : Heetch.

Pour ceux qui ne connaissent pas c’est plus ou moins le même principe qu’Uber sauf que les chauffeurs sont des particuliers, qu’il n’y a pas de critères en termes de standing de véhicule (peut aller de la twingo à la passat). Le principal avantage étant le prix, encore plus abordable qu’Uber.

Pour vous donner un ordre d’idée, il m’est déjà arrivé de n’avoir à payer que 14 euros pour aller de Porte de la Villette jusqu’à Pont de Neuilly ! C’est presque imbattable ! Hormis si vous optez pour le Noctilien (pour les plus courageux bien sûr).

Donc Heetch c’est quand même très intéressant, surtout pour les étudiants. À l’inverse, le principal inconvénient est que ce service n’est disponible que de 20h à 6h du matin. Bon en même temps, ça suffit amplement pour les retours de fin de soirées.

Seulement, le 02 mars dernier, Heetch s’est fait lourdement condamné en Justice pour complicité d’exercice illégal de la profession de taxi, pratique commerciale trompeuse, organisation illégale d’un système de mise en relation de clients avec des chauffeurs non professionnels et enfin concurrence déloyale. La plate-forme affirmait proposé du covoiturage mais les Juges ont démontré le contraire en se justifiant par « les conducteurs gagnent de l’argent (…)  la destination est choisie par ceux qui payent ».

Les conséquences : une suspension de l’application mobile et une amende de près de 600,000 euros à payer dont une part importante revient aux quelques 1,460 parties civiles, constituées pour l’essentiel de chauffeurs de taxis parisiens (furieux).

Ce qui nous intéresse dans cet article c’est ce qu’il va se passer par la suite. En effet, face à cette condamnation, les fondateurs de la start-up française ont, dans un premier temps, décidé de faire appel de la décision et  ont par la suite, immédiatement organisé la résistance !

En sollicitant les services de deux agences spécialisées en communication évènementielle (Manifestory) et en communication de crise (GEN-G), Heetch a su donner de la voix à la grogne de sa communauté en organisant la toute première manifestation phygitale avec comme cri de guerre « #GenerationHeetch ».

generationheetch-820x360L’idée étant d’associer évènementiel, street marketing, web, réseaux sociaux et Facebook live TV afin de mobiliser le plus grand nombre de manifestants d’un nouveau genre et ce, sur seulement 12 heures de temps.

Ainsi, le samedi 04 mars, plusieurs camions transportant des écrans géants se baladent dans Paris et ses environs et retransmettent en live les Tweets (revendications) des manifestants virtuels. L’idée est d’aller à la rencontre du public francilien et de faire adhérer à la cause de la communauté Heetch.

Il était donc possible de suivre en direct cette manifestation depuis le site de l’événement (www.generationheetch.com) au moyen d’une carte interactive faisant apparaître les participants et leurs slogans.

Ajouté à cela, un live Facebook de 12H est lancé sur un système multi-cams permettant tout au long de la journée de filmer depuis différents endroits (plateau/débat ; camions et d’autres lieux réservés à des happenings artistiques) et d’assembler le tout en régie pour diffuser.

Il y aura donc eu en 12 heures, pas moins de 162,145 manifestants, environ 20,000 tweets, 170,000 vues pour le Facebook Live (4,024 likes) et plus de 500 kilomètres de manifestion parcourus par les camions.

Ce que j’en pense :

Je pense qu’il faut savoir vivre avec son temps. Anciennement il était commun que les citoyens aillent dans la rue afin d’exprimer leur mécontentement. De nos jours, il est plus rare que les gens s’expriment physiquement car le développement des nouvelles technologies a offert d’innombrables possibilités en matière de communication surtout par l’intermédiaire des réseaux sociaux.

Je trouve que cette idée est lumineuse car elle offre une toute nouvelle dimension à ce que peut être une mobilisation sociale. C’est un alliage intelligent entre le digital et un mouvement citoyen.

c’est de plus, un système efficace pour mobiliser un nombre important de personnes . En effet 160,000 personnes c’est conséquent et bien plus élevé que certaines manifestations !

Ma conviction est que ce genre d’évènements va se multiplier dans les prochaines années car il semble que ce soit l’évolution naturelle de ce qu’était jusqu’à présent une manifestation.

Cela n’empêchera pas de manifester physiquement dans certains cas. Le problème étant le temps consacré à ces évènements (manifestations physiques). Ainsi, grâce aux manifestations phygitales on pourra se permettre de défendre certaines causes depuis son smartphone/ordinateur portable/tablette sans pour autant être contraint d’y consacrer toute son après-midi (c’est toujours mieux que de ne pas exprimer son opinion sur un débat de société).

Il y a néanmoins un aspect qui peut être perçu comme négatif et il fait directement écho à ce que j’ai pu dire dans mon premier article (cf. « Amazon Go : progrès ou régression ? »). C’est en effet le problème de l’aspect social. Ce que je veux dire par là est que l’un des critères propres à la manifestation physique est la communion entre manifestants, le collectif, le partage ; et ces ingrédients ne semblent pas formellement exister dans une manifestation de type « phygitale ». Alors oui je critiquais il y a peu la déshumanisation dans les grandes surfaces et la montée de l’individualisme cependant comme je l’ai dit il n’est pas question d’abandonner une forme de manifestation pour l’autre mais simplement d’enrichir notre quotidien et notre activité online.